vendredi 12 avril 2013

Circus, l’expo « famille » de l’été !



Mesdames et Messieurs, en piste pour Circus, la drôle d’exposition, présentée du 31 mai au 13 octobre prochain au Musée du Bronze d’Inverness, pour le plaisir des petits et des grands.  Quarante quatre artistes, exposeront donc 122 œuvres dédiées à tous les domaines de l'art du cirque : saltimbanques, animaux, acrobates et équilibristes, dans des représentations en art traditionnel et en art contemporain. Le musée poursuit sa formule d’exposition  « éclatée » et présente plus que des sculptures en bronze. Des œuvres sculptées et modelées dans différents matériaux y seront présentées ainsi que des peintures, des dessins et des photographies.
 

mardi 9 avril 2013

Le peintre franco-chinois Zao Wou-ki est mort














Extrait du journal Le Monde 


Chaque jour, aussi longtemps que l'âge et la maladie le lui ont permis, Zao Wou-Kis'est rendu à l'atelier, au dernier étage de sa maison de la rue Jonquoy, dans le 14e arrondissement de Paris, où il s'était installé en 1960. Il riait lui-même de cette régularité d'"ouvrier", si éloignée du mythe de l'artiste inspiré. Là, dans une complète solitude, il peignait à l'huile sur toile le plus souvent, à l'encre de Chine plus rarement, à l'aquarelle dans ses dernières années. A l'exception d'une collection de pinceaux somptueux rapportés de Chine au cours de l'un de ses voyages, rien ne rappelait son pays natal. Les livres de la bibliothèque concernaient l'histoire de l'art occidental, Cézanne, Matisse. La musique était européenne, de Mozart à Varèse, qui fut de ses amis. Peu de vies et d'œuvres attirent aussi évidemment la réflexion du côté des rapports et de la convergence des cultures.




Pour lire la suite

mardi 2 avril 2013

Regard

Extrait du Dictionnaire de la peinture par les peintres de Pascal Bonafoux

C'est devenue un rituel. Pour les expositions temporaires comme pour la visite des collections permanentes, les musées vous fournissent un audioguide. Consciencieuse, la médiation culturelle s'en voudrait de laisser à lui même le visiteur qui entre. Elle préjuge chez lui une ignorance que sa curiosité ne suffit pas à conjurer. Ce que l'on ne saurait lui reprocher dans la mesure où, il est facile de le vérifier, ce que l'on sait ou croit savoir est toujours dérisoire. Lorsque, à la sortie, il rend ce audioguide qui lui a donné toutes les informations possibles sur le peintre, né à...en..., mort à...en ..., sur une toile peinte en,,,, dans telles circonstances qui font que..., etc., Il serait malvenu que le visiteur ne s'estime pas comblé. Ce que cet audioguide s'est bien gardé de lui dire, c'est qu'il a été privé d'une expérience essentielle : celle qui lui aurait permis d'éprouver et d'exercer son regard.
On se prive du silence qu'exige la peinture. On se laisse duper par cette très fallacieuse certitude-fondé par la multiplication, depuis l'invention du cinéma en 1895, des écrans de toutes sortes - qui veut qu'une «image» ne puisse plus se passer de son....