dimanche 31 mars 2013

Une oeuvre qui se plie à l'humeur du jour

Les portes vitrées de la Caisse de dépôt et de placement de Montréal, accueillent une oeuvre grandiose et magnifique qui change d'apparence avec l'humeur du jour. Cette oeuvre éphémère publique s'inscrit dans la mission de IMAGE IN SITU et est signée par l'artiste Marie-Josée Roy.

Sébastien Arbour
Arbour photographe

Paula-Ève Roy-Pelletier 

dimanche 24 mars 2013

«Quand je suis devant un tableau il parle mieux que moi» Jules Renard


J'assistais à une rencontre du Club des collectionneurs de Québec où il recevait Claude Tousignant peintre associé à la seconde génération du groupe des Plasticien de Montréal dans les années 1960. À la période de question, une participante pose une question à monsieur Tousignant.

Elle fait d’abord une grande introduction expliquant de façon très académique son interprétation de deux tableaux. Après son laïus bien intellectualisé, monsieur Tousigant lui dit bien poliment qu’il a peine à comprendre sa question et ses explications.

 Je crois que ce discours théorique était bien loin de la démarche de ce peintre. Picasso disait : «Ceux qui cherchent à expliquer un tableau font la plupart du temps fausse route». L’emploi de «la plupart du temps» tient de la formule de politesse…

 Francis Bacon, peintre britanique, disait : «On ne dit rien d’intéressant la plupart du temps quand on parle de peinture. Il y a toujours quelque chose de superficiel. Que peut-on en dire? Au fond, je crois qu’on ne peut pas parler de peinture on ne peu pas.»

Ce que l’artiste a réalisé n’est jamais identique à l’interprétation du regardeur.