vendredi 12 octobre 2012

Questions sur l'art visuel


Par Gernot Nebel peintre et penseur...

L'autre jour... pendant une soirée déjà avancée, quelques verres de vin aidant, la discussion entre les amis s'est enflammée de nouveau sur l'Art. Le groupe était hétéroclite, ce qui favorisait énormément la discussion, sans aucun résultat valable.

Le lendemain, j'ai essayé de mettre de l'ordre dans tout ce qui tournait dans ma tête entourant les questions sur l'art.





L'Art pour qui...?
L'Art pourquoi...?
L'Art par qui...?
L'Art comme...?

L'Art pour qui ?

Pour le regardeur de passage
Pour une maison de culture
Pour un centre d'art pointu
Pour un marchand d'art
Pour une galerie professionnelle (avec vocation)
Pour des collectionneurs
Pour des investisseurs en valeur spéculative
Pour impressionner sa blonde (son chum)
Pour décorer le mur au-dessus du divan
Pour le regardeur en quête de spiritualité
Pour être réconforté (d'une maladie, d'une tristesse, d'un mal de vivre...)

L'art qu'on trouve dans une maison de culture est-ce que c'est l'art au même titre que l'art collectionné pour des placements spéculatifs?
L'art dans une galerie professionnelle et l'art chez un marchand d'art : est-ce le même art, au même titre?

L'Art pourquoi ?

Pour produire pour vendre
Pour passer du temps
Pour la réalisation de soi
Pour la reconnaissance publique
Pour explorer vers une aventure du « jamais vu » (par soi-même)
Pour copier les Grands, pour mieux comprendre leurs oeuvres
Pour choquer et provoquer
Par communiquer par l'engagement social, politique ...
Pour le simple plaisir du jeu
Pour faire du beau

L'art pour passer le temps, l'art pour vendre, l'art pour provoquer... est-ce toujours le même art ?

L'Art par qui ?

Par un enfant
Par un professionnel
Par un amateur
Par un autodidacte
Par une sommité de renom international

Est-ce qu'un enfant de 5 ans avec sa petite boîte d'aquarelle peut faire de l'art ?
Est-ce que Zao-Wou-Ki, très avancé en âge, avec une main incertaine fait toujours de l'art ?
Est-ce que...

L'Art comme...

Comme agitateur social
Comme décoration intérieure/extérieure
Comme lieu de culte
Comme moyen de transport : le regardeur est transporté d'un état d'âme à un autre
Comme marchandise
Comme événement unique
Comme moyen de propagande
Comme divertissement

Qu'est-ce que l'art de provocation et d'agitation sociale a en commun avec l'art de divertissement ? Est-ce toujours «l'art»?













3 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suis contente de lire ce texte. Ce sont toujours mes interrogations. Tous les gens veulent "classer" l'art comme s'il fallait toujours le raisonner et le classer dans les IN ou OUT, digne de subventions ou pas. Digne de renon ou pas. Les classer par catégories de galeries.

J'ai hâte qu'on laisse vivre l'art pour ce qu'il est : LIBRE.


Libre d'exister sans avoir à se justifier de ce qu'il est ou pour qui ou pourquoi. Parce que dès qu'on entre dans le classement, il devient suggestif et tributaire des bien pensant.

Je vis, donc, je suis. Je peins parce que c'est comme ça. Je ne peux le définir car si je le faisait, il faudrait que je me demande toutes les questions que sous-tend un tel questionnement. Et je reviendrais toujours au même résultat, c'est à dire: qui suis-je où vais-je, quelle est ma raison d'être.
Si certains prétendent qu'il est grand le mystère de la foi, je dirai qu'il est grand le mystère de la création.
Je peins et je laisse les autres juger. Ce qu'on en dit? C'est selon. Tu aimes, ça me flatte, t'aime pas, passe ton chemin et va voir ailleurs y a surement quelque chose qui répondra à ton jugement.

Pour ma part, je respecte l'art et l'artiste dans sa son processus de création et son oeuvre en est le résultat.

Qu'y a-t-il dans cette tache noire? Dans ce geste? Déjà un jugement, car la réponse viendra avec mes paramètres de vie et cette réponse sera peut-être contraire à la tienne. Il est alors difficile de dissocier le jugement de ses propres critères et ça, l'art n'en a pas besoin.

Vive l'art, et laissons-le vivre pour que sa vie ne soit pas sans vie personnelle même si cela n'a rien a voir avec notre propre vie.
Et si l'envie vous prend, laissez-vous tenter. Rien à redire.

marsan

Anonyme a dit…

Notre époque est celle des questionnements sur l'art. La liberté implicite de cet univers,
ses frontières élargies rendent désuètes toute tentative d'éclaircissement.
Même à la lecture de "Pour en finir avec la querelle de l'art contemporain "de Nathalie Heinich me laisse perplexe.
Ma réponse actuelle: Faire pour faire, me faire plaisir, chercher à tracer mon propre chemin.
Lise Vézina

RENALD BRISEBOIS a dit…

Pour moi j'aime bien les pensées des gens sur l'Art,pour moi peu importe, l'important est de crée pour certains et d'autre de la critiqué ou bien faire les deux ,mais en premier lieu est d’être honnête en se que l'on fait et dit.