samedi 13 octobre 2018

En route vers un autre cap

Je vous annonce que je fermerai mon atelier-galerie, situé au 385 Saint-Paul, dès la fin octobre. Je m'installe à Cap-Santé, petit village du comté de Porneuf. Notre maison sera située sur le Vieux-Chemin de Cap-Santé . Cette rue féérique m'offrira des sujets de peinture qui changent au gré des saisons. 

Monet a passé 43 ans de sa vie à peindre son jardin de Giverney. Il a peint son jardin d'eau 272 fois, son jardin fleuri 52 fois.

Quand le peintre n'a qu'à déplacer son chevalet pour trouver ses sujets, il vient de trouver son Nirvana. C'est ce que je pense avoir trouvé dans ce village.

Je vous ferai signe une fois installé. L'hiver prochain sera consacré à définir les plans de mon futur atelier et dès le printemps, je me mettrai à l'oeuvre pour sa construction. En principe, si Dieu le veut, je pourrai reprendre mon travail artistique au courant de l'été prochain.

En attendant, je chaufferia le ptit peôle, regarderai les feuilles s'habiller de couleurs et la neige me rappeler qu'elle est toujours blanche.

En terminant, si vous connaissez quelqu'un qui se cherche un condo divise, au rez-chaussée et situé au 884 avenue Cartier vous pouvez le diriger à cette adresse: 



samedi 15 septembre 2018

Off Galerie


Sylvain Atelier Galerie
Off Galerie-En dehors des sentiers battus
Samedi le 15 septembre de 17h à 23h

Loin de la cohue, l’atelier Galerie de Jacques Sylvain situé au 385, Saint-Paul vous attend sur le parcours de la Nuit des Galeries. La rue Saint-Paul ne s’arrête pas Chez Belley. Elle se prolonge au-delà de l’Auberivière. Sylvain Atelier Galerie, se trouve face à la Gare du Palais. 

Venez célébrer avec nous en dehors de ces sentiers battus…

Crédit photo Serge Philippe Tremblay

vendredi 31 août 2018

Que fais-tu dimanche ?

Oeuvres de Colette Matte
Église de Cap-Santé

Non! Je ne vous invite pas à l'inauguration de l'oeuvre!
L'oeuvre de Colette Matte s'appelle ainsi: Que fais-tu dimanche? 
Si vous passez dans le coin, n'hésitez pas à faire le détour que ce soit dimanche ou lundi...soir ou matin, midi minuit.


lundi 20 août 2018

Place des art en 1956

Voici à quoi ressemblait Place des Arts en 1956

Merci à Laurent Tremblay pour cette photo

Sculpture de Roland Dinel



vendredi 20 juillet 2018

"Les vrais royames tiennent souvent au creux de la main" (Philippe Claudel)

Sylvain Atelier Galerie
385 Saint-Paul
Québec, PQ

 « On ne naît pas artiste, on le devient » [1]

J’ai ouvert mon Atelier-Galerie depuis novembre 2017. J’y produis et accueille les visiteurs qui se font passablement plus nombreux qu’à mon ancien lieu de production artistique. J’y fais de belles rencontres.
Depuis que j’y suis installé,  j’entends des commentaires qui me rendent un peu amer. Ces commentaires proviennent désolément  de d’autres artistes. Allez savoir pourquoi?

On me lance ce genre de boutades « va travailler» et on s’assure que tout le monde entende afin de bien ricaner.  On ajoute dans  la même continuité «  j’irai te visiter quand j’irai manger à L’Auberivière ».
 
Je dois vous dire que ces commentaires me rendent un peu triste et je dis à ceux et celles qui se reconnaîtront qu’on ne peut créer d’œuvres artistiques sans y mettre le temps et l’effort. De plus, j’ajouterais que même si mon Atelier-Galerie est situé dans l’édifice de l’Auberivière, les personnes qui fréquentent cet endroit sont très respectueux et je suis très admiratif de ceux et celles qui y travaillent.

Les artistes à travers le monde se logent aux endroits où les baux sont abordables, souvent loin des endroits touristiques, et ces endroits deviennent souvent de hauts lieux de création. 

On me demande souvent quelle entente j’ai pris au niveau de mon bail avec mon propriétaire. Il semble que l’on me pose cette question pour vérifier les oui-dire disant que je serais expulsé prochainement. À ceux et celles qui spéculent sur mon sort,  je vous dit qu’en ce qui concerne mes engagements que je vous préviendrai quand je déciderai de quitter ou quand mon bail prendra fin.

Maintenant laissez-moi vous dire que depuis mon ouverture j’apprécie mon nouveau lieu de création. J’y rencontre de belles personnes et je ne me plains pas d’avoir un endroit où je peux réaliser, exposer et vendre mes réalisations.

Je remercie ceux et celles qui m’ont aidé à m’installer. Marie-Claude, Cléophas Robin qui a réalisé beaucoup de travaux et  Jacques Lacasse qui lui prête son atelier, Gilbert Sévigny et Jean Coulombe qui ont travaillé à mon nouveau site internet (bientôt en ligne). Je remercie aussi ceux  et celles qui passent à l’atelier pour me donner un mot d’encouragement (Don Darby, Manu Legendre, Michel Raymond, Jacques Magnan, Alain Brodeur, Alain Leblond, Claude Robitaille, virtuellement de Norvège, Pierre Lanoie, Simon Carmichael, Rejeanne Lamothe…etc).

Merci à tous ceux et celles qui ont acheté un de mes tableaux. Ce fût pour moi une belle marque de reconnaissance. Plusieurs d’entre vous étiez de passage à Québec, d’autres se sont simplement arrêtés devant ma vitrine et sont tombés en amour avec l’un de mes tableaux. Certains étaient des amis et d’autres se sont laissés entraînés par des connaissances ou amis qui les ont initiés au monde des collectionneurs.

Je vous invite, ceux et celles qui disent aimer les artistes et l’art, à faire le décompte des œuvres d’art originales que vous possédez. Posez-vous la question une fois cet inventaire fait, si votre amour pour l’art est virtuel ou réel.      




[1] Adaptation d’une citation de Simone de Beauvoir



jeudi 28 juin 2018

Citations de Philippe Claudel

Quand le nombre de crétins est plus important que le nombre de gens intellignets, ça ne sert à rien, c'est les crértins qui gagnent.

Les vrais royaumes tiennent souvent dans le creux de la main.

mercredi 16 mai 2018

Le corbeau qui vole la lumière

Le corbeau qui vole la lumière
Une légende du  peuple Haida


Après avoir passé l'hiver au Musée du Bronze D'Inverness la bête trône maintenant devant le 884 avenue Cartier

Le Totem
Le totem rend par ses représentations graphiques eu une place importante dans la vie et la spiritualité et la pensée amérindienne.
La réalisation de ce totem rend hommage à la culture Haida et s’inscrit dans cette démarche de préservation des récits. En effet plusieurs légendes on comme toile de fond Le Corbeau être magique et filou qui donne naissance à la lumière et sème sur son passage lacs, rivières et vie terrestre.
Le corbeau
Figure principale de La légende le corbeau vole la lumière il dominera le haut du totem et protégera des ses ailes toute sa création.
La Tortue
La tortue dans l'imaginaire autochtone, la tortue est associée aux grands mythes de la création du monde. Lent et tenace, cet animal symbolise la sagesse et la persévérance. De nobles qualités qui ont permis aux nations autochtones de survivre, depuis des millénaires, en terre d'Amérique. Elle est également le symbole de la santé. Elle représente aussi dans ce projet la lente évolution de notre planète terre qu’elle porte sur son dos.
La terre
Notre planète y est représentée elle repose sur le dos de la tortue.
La mère et l’enfant
La mère et l’enfant sont assissent sur le globe en guise de protection. Elle tient son enfant qu’elle s’est si fragile comme l’est la terre mère qui donne naissance à la vie.
L’homme
L’homme est aussi représenté en union avec la mère. Il forme un tout, un union inséparable qui assure la survie de l’espèce. La famille est en quelque sorte au cœur des valeurs qui sont transmises par ce
s derniers symboles.